En Italie, Live Nation Italy a avoué distribuer des billets au site de revente Viagogo.

Lors d’une émission de télé qui traitait du marché noir en Italie, un employé anonyme a expliqué comment certains billets de concerts étaient directement mis en vente sur Viagogo par Live Nation Italy. Suite à cette révélation, le directeur de Live Nation Italy, Roberto de Luca, après avoir nié cette pratique, a finalement avoué cette pratique, en expliquant « qu’une quantité vraiment limité » de billets étaient vendus de cette manière.

« Je veux être clair par rapport à votre question si Live Nation a émis des billets sur des sites de billetterie secondaire. En fait, nous émettons quelques billets, un nombre très limité de billets, sur des sites comme Viagogo. Mais je dois préciser que Live Nation vend environ deux millions de billets chaque année, et les billets que nous émettons sur ces sites ne représentent que 0,20% des billets que nous vendons. Nous ne parlons pas de dizaines de milliers de billets, mais de centaines de places pour un concert. » a déclaré Roberto de Luca lors de l’émission de télévision.

Le reportage télévisé portait sur un concert du groupe Coldplay à Milan, où des centaines de billets sont apparus sur des sites de reventes quelques minutes après le début de la mise en vente.

Depuis la diffusion de ces déclarations, plusieurs artistes italiens ont rompu leur contrat avec Live Nation. La boîte de management Giamaica a également déclaré avoir « suspendu toutes relations commerciales avec Live Nation » et envisage de porter plainte contre l’entreprise. L’association de protection de consommateurs italienne, Codacons, a déjà porté plainte contre Live Nation Italy.

De même, un amendement a été proposé au gouvernement italien, pour réduire les activités des sites de revente, en interdisant « la revente de billets par d’autres personnes que les organisateurs de concerts ou les personnes autorisés ». Si cet amendement est autorisé, la législation italienne serait semblable à celle en France. Le Ministre de la Culture italien, Dario Franceschini a également déclaré que cette pratique était « un phénomène intolérable et les récents événements montrent que l’autorégulation n’est pas suffisante. »

Live Nation a fait une déclaration dans Music Week, en insistant sur le fait que le nombre de billet émis sur des plateformes de revente était très limité et que « Live Nation Italy n’a jamais émis des billets pour des concerts d’artistes italiens sur des plateformes de revente. »

Ces déclarations n’ont cependant pas étonné grand monde : déjà en 2012, un reportage diffusé au Royaume-Uni, montrait que des places de concerts étaient déjà alloués aux sites de revente, comme Viagogo ou SeatWave.

Au Royaume-Uni, la FanFair Alliance, qui se mobilise contre le marché secondaire, a appelé le gouvernement britannique à prendre en compte ce scandale italien, pour réguler le marché britannique.

« La situation en Italie est devenue un scandale national, et il semble que le gouvernement italien est maintenant prêt à prendre des mesures pour protéger les spectateurs et rééquilibrer le marché. […] Nous pensons que le marché de la revente de billets au Royaume-Uni est également hors de contrôle et nous répétons notre appel pour la mise en application de la loi, pour éliminer ces mauvaises pratiques et rendre la revente de billets plus transparente », a déclaré FanFair Alliance à la BBC.

Crédits logo : Live Nation, viagogo