L’Irak va accueillir pour la première fois depuis les années 1990, sa première compétition internationale de football : le 10ème Championnat d’Asie de l’Ouest de Football se tiendra cette année dans la ville de Bassora.

En effet, depuis la première Guerre du Golfe, le pays n’a pas pu organiser de matchs de football internationaux, à cause de la situation politique et sécuritaire qui se jouait sur le territoire. Certains matchs à domicile ont d’ailleurs dû être organisés dans des stades étranger.

Après la défaite de l’Etat Islamique sur son territoire, l’Irak a inauguré plusieurs stades dans le pays. Aujourd’hui, la Fiffa a levé son interdiction de tenir des matchs internationaux et le pays se dit « impatient d’organiser un événement footballistique majeur et confirmer que le pays est prêt à tous les niveaux. »

Cette réouverture du champ sportif attise cependant les acteurs économiques, politiques et diplomatiques du pays. Dans ce pays, les revenus de billetterie des stades de football rapportent beaucoup, et les budgets des clubs représentent entre 500 000 et un million d’euros par saison. Cependant, c’est le Ministère des Sports qui garde les revenus de billetterie au motif qu’il possède les stades du pays. La Fédération de Football réclame qu’ils soient reversés au ministère des Finances, afin d’en récupérer un pourcentage. La Fédération irakienne a par ailleurs fait appel à la FIFA sur ce point : la Fédération internationale a répété que ces influences pouvaient valoir des sanctions. Un contexte un peu tendu, pour ce pays qui semble renaître de ses cendres.