Au mois de février, le parlement irlandais a lancé une consultation publique sur le sujet de la billetterie secondaire, avant de mettre en place des mesures pour protéger les consommateurs.

Récemment, Maurice Quinlivan, parlementaire irlandais, a déposé une loi « Sale of Tickets (Sporting and Cultural Events) Bill 2017 », qui rendrait illégale la revente de billets à un prix supérieur de 10% à la valeur faciale du billet.

Le Ministre Sean Kyne a cependant retardé le processus d’adoption de la loi de 9 mois, malgré le soutien d’une partie du parlement, afin de mener une enquête complète sur le sujet. Les promoteurs et professionnels de l’industrie musicale ont approuvé ce projet de loi et ont regretté ce délai imposé par le gouvernement.

Les sites de revente de billetterie ont commenté et critiqué cette législation, Ticketmaster Ireland déclarant que « la frénésie des médias autour de la revente des billets a seulement servi à troubler le public et à en faire un sujet sensationnel ». Par ailleurs, selon Ticketmaster Ireland, seulement 1% des billets vendus par Ticketmaster sont revendus sur des plateformes de revente, et souvent à des prix en deçà de la valeur faciale des billets.

StubHub a également réagi et se demande s’il est « approprié, nécessaire et proportionné que le gouvernement intervienne sur le marché internationale de la billetterie secondaire. » Selon Viagogo, il serait injuste d’empêcher la billetterie secondaire, en portant atteinte au droit des consommateurs.

Alors que la plupart des pays s’empare du sujet de la billetterie secondaire, pour légiférer dans le sens des artistes et des consommateurs, les plateformes de revente (internationales) ne se sont jamais exprimées aussi durement envers une législation. Affaire à suivre…

Source : IQ, Irish Times