Plusieurs centaines de billets ont été mis en vente sur Viagogo pour le tournoi des Six Nations, pour un montant total de 37 000 livres.

Malgré la récente obligation de Viagogo de se conformer à la loi encadrant la revente, The Guardian a révélé que plus de 1000 billets pour le tournoi des Six Nations étaient disponibles à la revente sur la plateforme. Et pour un prix bien au-delà de la valeur faciale : chaque billet est revendu pour la modique somme de 369,26£ en moyenne.

Mais Viagogo a su se rendre conforme : si un billet est acheté, le spectateur est automatiquement informé qu’il pourrait ne pas être autorisé à rentrer dans le stade. En effet, en janvier dernier, plusieurs professionnels avaient noté que Viagogo n’était pas conforme à ses obligations sur ce point-là : la plateforme a réglé le problème en indiquant, pour chaque billet revendu, qu’il existait des risques pour le spectateur de ne pas être accepté dans l’enceinte de l’événement. Même pour les événements qui autorise la revente et ne contrôle pas si les billets ont été achetés sur une plateforme de marché secondaire…

En revanche, l’identité des revendeurs n’est pas explicitement dévoilée, et les numéros de siège des billets en vente ne sont pas toujours indiqué.

Un porte-parole de Viagogo a déclaré qu’il était « parfaitement légal » de revendre ces billets, valides, et que les supporters ne devraient pas refusés à l’entrée des stades. « Les organisateurs d’événements annoncent parfois qu’ils refuseront l’entrée aux personnes ayant acheté des billets sur une plateforme de revente. Ces types de restrictions sont injustes et à nos avis, inapplicables et illégales. Par conséquent, comme pour les billets sur notre plateforme, les clients de Viagogo doivent être certains de pouvoir accéder à l’événement. Nous garantissons chaque billet. »

Le ministre chargé du numérique, de la culture, des médias et des sports britanniques, Tom Watson, a déclaré suite à cette enquête : « Nous avons répété, à maintes reprises, à Viagogo qu’il devait se conformer à la loi. La société désobéit de manière flagrante et ignore une ordonnance du tribunal. C’est inacceptable que les consommateurs ne puissent pas avoir accès aux détails les plus basiques des billets mis en vente, comme l’identité du vendeur et le numéro de sièges. Les plateformes de billetterie secondaire profitent depuis trop longtemps des fans et des supporters fidèles. Cela doit changer. »

Les fédérations de rugby ont appelé leurs supporters à ne pas acheter des billets sur le marché secondaire.