Depuis le 1er février dernier, la toute première phase de test du Pass Culture a été lancée : 10 000 jeunes volontaires de 18 ans, issus de 5 départements, ont pu avoir accès à la nouvelle application qui propose des offres culturelles à proximité, dans une limite de 500€ par personnes.

Cette première phase de test a notamment pour objectif de comprendre le comportement des jeunes ciblés et de savoir comment ils vont utiliser le pass Culture.

Le Finistère, le Bas-Rhin, l’Hérault, la Seine Saint-Denis et la Guyane sont les 5 départements choisis pour cette phase de test. Des librairies, des salles de spectacle, des musées ou associations ont été contactés par des chargées de missions territoriaux pour participer à ce premier déploiement grandeur nature : 900 acteurs culturels vont participer. Aucune grande salle de spectacles n’est pour l’instant répertoriée dans l’application : une réunion avec les producteurs de spectacle est prévue pour les prochains mois.

Pour répondre aux inquiétudes de certains sur le monopole des offres numériques américaines, les offres d’abonnements en ligne (Deezer, CanalPlay, Blacknut Jeux, Audible, abonnements presse, etc.) seront limitées à 200 euros. Les achats de biens culturels (CD, livres, DVD, instruments de musique) seront limités à 200 euros également, tandis que les sorties et pratiques artistiques ne seront pas plafonnées. Par ailleurs, l’algorithme qui a été mis en place pour proposer des activités ou des biens culturels favorisent la géolocalisation ainsi que des propositions en dehors des habitudes du consommateur. Ce dernier pan n’a pas encore été développé et ne fera pas partie de la phase de test initial.

« Le Pass culture doit compléter et prolonger le parcours d’éducation artistique et culturelle scolaire et les actions de médiation culturelle menées au niveau local », a déclaré Franck Riester. « A nous de faire d’une innovation technologique une entreprise et un succès culturels, pour permettre demain à chacun d’y avoir accès. Nous pourrons alors dire que nous avons créé un nouveau service universel de la culture, de portée équivalente, qui sait, à l’invention de la télévision publique… ».

La phase de test devrait se poursuivre jusqu’en 2020 avant un déploiement au niveau national. Le premier bilan sera connu dans 3 mois et dès cet été, les jeunes d’Avignon et son agglomération devraient pouvoir en bénéficier. A noter : le Pass Culture n’est doté de 500 euros que pour le 18ème anniversaire des jeunes concernés. En revanche, l’application devra être disponible pour tous les français et fonctionner comme un agenda national des sorties culturelles.

L’Etat prévoit une enveloppe de 34 millions d’euros pour le financement de cette phase d’expérimentation en 2019. Une fois déployée, l’offre devrait coûter 400 millions d’euros : les acteurs du privé seront sollicités et le secteur culturel pourra proposer des gratuités et des remises commerciales.