Et ce qui devait arriver arriva…

Alors les législateurs, les gouvernements, les médias, les spectateurs réagissent face au scandale de Ticketmaster, qui aurait de très forts liens avec le marché de billetterie, ce sont finalement les managers d’artistes et les artistes eux-mêmes qui s’emparent de cette information.

Plusieurs managers, qui travaillent avec Ticketmaster, ont exprimé leur colère, leur déception et leurs doutes au président de la billetterie primaire Jared Smith. Révélé par CBC News, cet échange de mail montre que désormais la colère gronde partout. Alors que Jared Smith leur a répondu que TradeDesk, l’outil mis en question par le reportage du 19 septembre, « n’a jamais faciliter l’achat en masse de billets par des revendeurs. » Ce à quoi, les managers ont répondu : « Pourquoi, tout simplement, faciliter le travail des revendeurs ? »

Par ailleurs, les managers de Mumford & Sons, et de Radiohead mettent en lumière l’écosystème « effondré » de la billetterie en Amérique du Nord. La situation de monopole de Live Nation/Ticketmaster rend ce scandale d’autant plus énorme.

Pour l’instant, aucun artiste n’a décidé de rompre son accord commercial avec Ticketmaster pour la vente des billets, même si la colère semble gronder. Peut-être justement, parce que ces artistes sont produits par Live Nation ? Ou jouent dans des salles qui appartiennent à Live Nation ? Si leur mécontentement s’exprime, il y a tout à parier que ces artistes continueront de travailler avec Live Nation/Ticketmaster, au risque de se voir privés de dates de concerts…