En 2016, le Parlement britannique commandait un rapport d’étude de l’industrie à la billetterie au Pr. Waterson : ce rapport indiquait que la « billetterie secondaire était viable et rentable ».

En septembre 2018, le Pr. Waterson a de nouveau publié un rapport via Aventus, la solution de billetterie blockchain. Membre du bureau consultatif de l’entreprise, ce rapport se veut cependant complètement indépendant.

Ce rapport place le consommateur au centre des préoccupations de l’industrie musicale, et le Pr. Waterson tente de répondre à cette question : que pourrait faire un système de billetterie amélioré ?

Dans ce rapport, il revient d’abord sur la réalité de la billetterie et de l’accès aux concerts pour les fans et les artistes/salles/promoteurs, ainsi que sur l’évolution de la législation au Royaume-Uni. Puis, il analyse les raisons qui expliquent l’existence du marché secondaire, et les solutions potentielles pour que le marché soit plus en phase avec la vente d’autres services.

Pour le Pr. Waterson, « l’industrie de la billetterie pour les concerts a évolué au coup par coup, indépendamment du désir des consommateurs, sans aucune réflexion autour de l’expérience du consommateur et du contrôle des lieux de concerts, avec une stratégie de mise en vente de billets à des heures peu pratiques. […] Les revendeurs sont capables de se dupliquer, mais surtout de permettre aux consommateurs d’acheter des billets à un autre moment que celui de la mise en vente, et proposer des prix que les consommateurs sont prêts à payer, ce qui affecte la stratégie tarifaire des billetteries primaires. »

Il fait ainsi la différence entre la billetterie secondaire qui peut tout à fait être vertueuse pour l’industrie en général, en évitant les sièges vides dans des salles de concerts ou des matchs sportifs, et la revente spéculative de billets qui forcent les consommateurs à acheter des billets plus chers que prévus.  

Il conclue 23 pages de réflexions et de constatations sur le marché secondaire, ses rouages, ses bonnes pratiques et ses dysfonctionnements par une conclusion : « Le marché de la billetterie événementielle va changer ». Soit avec des stratégies de tarification dynamique et une disparition progressive des limites entre billetteries primaires et secondaires, soit avec des développements technologique qui permettront de rassembler des données pour proposer des événements basés sur la demande des consommateurs, permettant l’accès aux billets sans aucun problème pour les consommateurs. « L’industrie doit pouvoir étabiir ses stratégies de mise en vente selon une analyse des données du public de l’artiste, des potentielles salles de concert, des politiques tarifaires et de distribution, du contrôle d’accès à la salle, etc. « Tout doit être mis en place avec le consommateur, et non l’industrie à l’esprit. La technologie n’est pas là pour rencontrer des résistances, mais pour offrir de l’assistance. »

Des considérations que nous avions abordé lors de la table ronde « Marché secondaire : arrêtons de nous voiler la face » qui a avait eu lieu du Forum de la Billetterie 2018. En effet, compte tenu de la nature très spécifique de l’industrie de la billetterie, le marché secondaire peut permettre de combler les manques d’efficacité de la billetterie primaire. A moins que le marché primaire ne se remette en question…

Vous pouvez lire l’intégralité du rapport Waterson 2018 ici.