Au mois d’août, le personnel de la Tour Eiffel est entré en grève pendant 3 jours consécutifs, pour dénoncer les conditions d’accueil « épuisantes » pour les salariés et les visiteurs.

En effet, la direction de la tour Eiffel veut favoriser la réservation en ligne des billets pour lutter contre les temps d’attentes extrême, pousser de 20% à 50%. Erreur de communication ? Pour l’instant, de longues files d’attentes ont toujours lieu devant le monument parisien, alors que l’ascenseur, dédié aux visiteurs ayant réservé, monte… à vide.  Par ailleurs, début août, aucun billet n’était disponible sur le site de la Tour Eiffel avant une quinzaine de jour. Une situation déséquilibrée, qui a poussé les salariés à se mettre en grève et a demandé de permettre « à la totalité des visiteurs (billets prévendus ou non) d’accéder aux deux piliers », avec « une file prioritaire dédiée aux clients munis de billets achetés en prévente ».

A la fin du mois de juillet, la société VivaTicket a été retenue pour équiper la billetterie de la Tour Eiffel mais le nouveau système n’est pas encore installée.