En décembre dernier, l’Ontario annonçait une nouvelle loi pour encadrer la revente de billets : l’utilisation de bots est désormais interdite, et les revendeurs ont l’obligation d’être transparents sur le prix final des billets.

Par ailleurs, cette loi indiquait que les billets ne pourraient pas être revendus 50% au-delà de leur valeur faciale. Cette mesure aurait dû être mise en place le 1er juillet, mais le premier ministre de l’état a indiqué que sa mise en application serait retardée. Le bureau du Premier Ministre souhaite étendre son enquête sur cette mesure et vérifier sa mise en application. Une décision qui a beaucoup surpris le secteur de la billetterie et du spectacle vivant au Canada.

« Le gouvernement précédent à tenter d’imposer un prix maximal de revente, sans aucun moyen pour le mettre en implication. Nous avons suspendu la mise en œuvre de cette mesure, jusqu’à ce que nous puissions nous assurer qu’elle est dans le meilleure intérêt des habitants de l’Ontario. » a déclaré le porte-parole du Premier Ministre.

StubHub et Ticketmaster Canada ont félicité cette décision. Mais a été largement critiqué par plusieurs experts du secteur : « Ce délai supplémentaire semble être une tentative du gouvernement de retarder une partie de cette nouvelle loi, en fournissant aux acteurs du marché secondaire une période de grâce, voire un répit total selon ce qu’il se passe ensuite. »

Source : The Star