Cristiano Vieira, chef de projet chez ITSM a été Coordinateur des Billets et du Contrôle d’accès durant la Coupe du Monde 2014, qui se déroulait au Brésil. Dans un long article publié sur LinkedIn, il retrace l’évolution des billets de la Coupe du Monde.

Depuis le premier billet officiel, pour la Coupe du Monde 1950, le support a beaucoup changé d’aspect. C’est en 1994 que la FIFA intègre des timbres holographiques sur le billetterie, impossible à falsifier à l’époque. En 2002, le premier code-barres est utilisé et en 2006, la FIFA utilise pour la première fois la technologie RFID pour ses billets.

Pour cette coupe du monde, la FIFA a mis en place des gravures laser sur le papier, un hologramme en couleur (du jamais vu) ainsi que de la perforation laser. Pour rajouter de la sécurité et éviter la revente, la FIFA a mis en place des FanID : chaque spectateur doit avoir enregistré son identité au préalable, pour rentrer dans les stades russes. Cette couche de sécurité complémentaire permet également de se dispenser de visas pour les supporters étrangers.

Vous pouvez lire l’intégralité de l’article ici. Un bon moyen de réviser l’histoire de la billetterie, grâce au support dédié.