Le nouveau complexe atteint progressivement son rythme de croisières et corrige ses erreurs de jeunesse.

Comme pour la Philharmonie de Paris à la Villette, la situation excentrée de la Seine Musicale sur l’île Seguin à Boulogne-Billancourt, à l’ouest de Paris, avait suscité des inquiétudes quant à son futur remplissage. Inaugurée les 21 avril 2017 par Bob Dylan pour sa grande salle (2.500 à 6.200 places) et le lendemain par Insula Orchestra pour son auditorium de 1.100 places, l’équipement a finalement réussi sa première saison, accueillant 450.000 spectateurs et 300 événements en un an. De grands noms ont joué à guichets fermés comme Gilberto Gil, Herbie Hancock, Norah Jones, Véronique Sanson. La comédie musicale West Side Story a séduit 85.000 spectateurs, Michel Sardou 52.000 fans et les Etés de la Danse ont capté 35.000 amateurs. Côté musique classique, les concerts d’Insula dirigés par Laurence Equilbey ont drainé 30.000 mélomanes tout comme l’exposition Maria Callas.

Enfin la Seine Musicale a par ailleurs capté 75 gros événements dont le One Planet Summit présidé par Emmanuel Macron qui lui a apporté une visibilité internationale, mais aussi les Victoires de la Musique, le Global Positive Forum, les Etoiles du Guide Michelin. Il faut dire que les actionnaires de la société STS, chargée de l’exploitation commerciale du lieu, ne sont autres que TF1 et Sodexo, tous deux aguerris dans l’organisation d’événements d’envergure. Il faudra toutefois transformer l’essai. « Plus qu’une scène, c’est un lieu convivial autour de la musique, avec ses restaurants, ses espaces de réception, ses studios de répétition. L’ensemble des partenaires, nous, TF1, notre client le conseil général des Hauts de Seine, sommes sur la même longueur d’onde et la stratégie culturelle est coordonnée », confie Nathalie Bellon-Szabo, présidente de  Sodexo Sports et LoisirsLire la suite >

Source : Les Echos