La billetterie basée sur une technologie blockchain est définitivement le sujet phare du moment au sein l’écosystème de la billetterie. Tour d’horizon (non exhaustif) des dernières nouveautés.

Dans un papier dédié sur le site de The Ticketing Business, Artos qui développe le protocole Aventus, décrit en quelques paragraphes l’usage et l’utilité d’une telle technologie pour le secteur de la billetterie. En se basant sur la blockchain Ethereum, toutes les transactions sont notifiées, les billets ne peuvent pas être dupliqués, et les organisateurs peuvent suivre leur trace, même en cas de revente. Les seuls désavantages de la blockchain : les transactions sont plutôt lentes et limitées à 20 par seconde, et c’est une technologie très complexe. Artos entend ainsi utiliser la blockchain pour stocker et livrer les billets et non pour collecter des datas. Enfin, Artos noue des partenariats avec plusieurs solutions de billetterie pour implémenter le protocole Aventus dans des applications user-friendly.

Mais Aventus n’est pas seul sur marché. Récemment, plusieurs autres solutions se lancées sur le créneau de la blockchain.

Soudeon, une plateforme de musique décentralisée propose plusieurs offres pour les artistes : Music Token, pour que les artistes puissent traquer les flux de droits et d’autres revenus comme ceux de la billetterie, Soudeon Exchange qui permet à chacun d’acheter ou de vendre des royalties, et Soudeon Player, une plateforme de streaming qui utilise la blockchain pour la redistribution des droits aux artistes. La firme propose également un outil dédié à la billetterie : Soudeon Tix, une plateforme de billetterie intégrée dans l’écosystème Soudeon, qui grâce aux Creative Smart Contracts, permet d’éliminer la revente spéculative de billets, la fraude, tout en redonnant le contrôle aux organisateurs sur la revente de leurs billets. Lancée en décembre 2017 avec un premier investissement de 600 000 dollars, Soudeon a inauguré sa plateforme en version alpha au mois d’avril.

AmiCorum a également vu le jour en 2018. Sa promesse : zéro frais de transaction et de dossier, aucune frontière financière, la fin de la fraude aux billets, et un système de récompenses pour les utilisateurs. La plateforme est actuellement en cours d’ICO et espère récolter 20 000 000 d’euros.

BlockTix de son côté propose aux fans et aux organisateurs de réduire de 90% les frais annexes au prix du billet grâce à la blockchain, en utilisant le « pouvoir de la foule ». La plateforme est directement liée à une communauté active, motivée financièrement pour s’engager avec la publicité et les événements des organisateurs. En effet, les spectateurs adhèrent à un système de fidélisation et reçoivent des crédits lorsqu’ils se rendent à des événements.

La startup autrichienne Oroundo a développé Cultural Places, un réseau social décentralisé qui regroupe artistes, créateurs de contenus, institutions et même lieux de visites avec les fans et spectateurs, pour gérer toutes les ventes de billets. L’idée : disrupter l’économie des agences de voyage et de billetterie et supprimer les frais de dossier. Par ailleurs, Cultura Place propose une solution de crowdfunding, plus transparente et sans frais de prise en charge. La plateforme est en pleine phase d’ICO et devrait lancer sa beta d’ici le semestre prochain.

Dernièrement, le co-fondateur de Ticketfly Dan Teree, va également lancer Big Neon, une plateforme de billetterie scalable et mobile-centric. Il s’est associé à Naveen Jain, investisseur et ancien de l’agence de marketing dédié à la musique Sparkart, ainsi qu’à Riccardo Spagni, leader de la cryptomonnaie Monero.

Après les premiers essais (parfois un peu douteux) des billetteries blockchain l’année passée, il semblerait que l’offre semble se consolider. Les solutions présentes sur le marché se positionne de manière définie et claire sur le marché et essaye de se démarquer de leurs concurrents avec des offres différenciantes. Il reste tout de même beaucoup d’acteurs sur un marché de la billetterie déjà bien alimenté.

Quel est votre avis sur cette tendance ? Des firmes à suivre tout particulièrement dans cet écosystème grandissant ?