La semaine dernière, le scandale Paradise Paper a ébranlé les grandes richesses de ce monde et n’a pas épargné l’écosystème de la billetterie.

La FanFair Alliance a repéré grâce à cette fuite d’informations le revendeur Julien Lavallée qui opère, depuis la région de Montréal, au Royaume-Uni. En effet, Julien Lavallée a créé une société en 2015 sur l’île de Man, I Want Ticket inc, par lequel il a revendu des billets au Royaume-Uni sur la plateforme StubHub.

Par ce petit tour de passe-passe financier, Julien Lavallée a pu éviter de payer la TVA sur ses achats en Europe, et ainsi gonfler ses marges lors de la revente de billets.

Selon les documents, la société I Want Tickets Inc aurait réalisé 8 millions de dollars de chiffres d’affaires en 2014, avec des achats et revente de billets au Royaume-Uni au Canada et aux Etats-Unis. De même, cette société aurait acheté plus de 300 billets pour la tournée d’Adele en 2016 : le revendeur a utilisé des bots pour opérer cette combine, la limite d’achat de billets par personne étant fixée à quatre.   

Des pratiques déjà illégales au Royaume-Uni et au Canada, que les transactions financières frauduleuses via l’île de Man n’arrangent pas…

Suite à cette révélation, Julien Lavallée aurait déposé un formulaire auprès du registre des entreprises de l’île de Man, pour dissoudre l’entreprise I Want Ticket inc.

Ce scandale a été révélé par The Guardian, la BBC et CBC Canada.

Crédit : Julien Lavallée Photo : Facebook (Montage de Radio-Canada)