Alors que le procès de Songkick contre Live Nation et Ticketmaster US doit se tenir le mois prochain en Californie, de nouveaux rebondissements viennent troubler l’affaire.

Récemment, Songkick a demandé au juge de sanctionner Live Nation et Ticketmaster pour ne pas avoir fourni environ 4 000 documents sur 77 000. Live Nation s’est aussitôt défendu en déclarant que ce qui pourrait être un vice de procédure ou une tentative de dissimulation n’était en réalité qu’une erreur humaine, du à l’important nombre de documents à traiter à et à fournir devant la cour.

Pour rappel, Songkick a déposé plainte en décembre 2015 pour monopole de marché contre Ticketmaster et Live Nation. En février dernier, la startup a complété sa plainte et a accusé Ticketmaster de vol d’informations.  Deux ex-employés de Songkick, Stephen Mead et Zeeshan Zaida, après avoir rejoint Ticketmaster, auraient révélé des informations confidentielles à Ticketmaster US, pour monter un service similaire à CrowdSurge, propriété de Songkick à cette époque.

Alors que le procès doit se tenir en novembre, l’affaire semble s’enliser dans un imbroglio juridique, pour éviter la confrontation. En effet, Songkick a vendu sa plateforme de découverte à Warner Music Group en septembre dernier, ce qui avait donné suite à une vague de licenciement chez Songkick. Par ailleurs, Warner Music Group n’avait pas fait d’offres sur la plateforme de billetterie de Songkick.

Enfin, selon Billboard, Stephen Mead et Zeeshan Zaidi, les deux ex-employés de Songkick impliqués dans le vol d’informations confidentielles, auraient quitté l’entreprise. Les circonstances exactes de leur départ n’ont pas été dévoilées.

Crédits : Ticketmaster, Songkick