Digitick a organisé le 20 mars 2017 au Forum des Images à Paris, une journée de rencontre sur le thème de la billetterie, pour les organisateurs d’événements, gestionnaires de lieux ou institutions. Au programme : deux ateliers en petits groupes et trois conférences, sur des sujets aussi variés que les équipements, l’accueil du public, ou les datas. MaGestionBilletterie.com y était : compte-rendu.

Les rencontres ont débuté par un atelier sur « Les bonnes pratiques de l’accueil des publics », animé par Alain Chalon, président de Marianne International et Romain Guyonet, chef de projet et relations grands comptes chez Digitick. L’occasion de parler d’un sujet parfois peu abordé dans les pratiques de billetterie. L’accueil est le premier contact avec le public et comporte plusieurs enjeux, à la fois d’image (pour éviter les répercussions négatives sur Internet notamment) et de business (pour fidéliser une clientèle). Le parcours client est également aussi important que l’accueil en lui-même, et doit se penser avant, pendant et après la venue du visiteur/spectateur sur le lieu.

Un deuxième atelier, animé par Frédéric Porte, directeur du développement chez Sycomore et Séverine Colson, directrice de Digitick Systems, portait sur le sujet « Faire vivre le visiteur/spectateur une fois la porte franchie », et abordait l’enjeu des supports de médiation ou d’information qu’un lieu pouvait mettre à disposition à ses publics : bornes d’informations tactiles, applications mobiles, beacons. L’échange a montré que les supports numériques, aussi interactifs et innovants soient ils, n’étaient pas forcément adoptés par les publics et demandaient beaucoup d’investissement en temps et en argent de la part des institutions. En définitive, l’adoption de tels supports dépend du type de publics d’une institution et le tout multimédia doit se faire progressivement, au risque d’un retour en arrière.

Une première table ronde a permis d’aborder le sujet « De la monétique au billet, les évolutions des équipements » et était animé par Nicholas Vincent de Contactis, Philippe Zavie de Dot Technologie, et Laurent Jacquart, responsable des équipes commerciale et formation chez Digitick. L’occasion de présenter les différents types d’équipements disponibles dans la billetterie et de rappeler que si la billetterie s’est beaucoup dématérialisée ces dernières années, le passage au physique est encore primordiale lors de l’entrée sur un lieu. En effet, les solutions de paiement permettent aujourd’hui la convergence entre le monde online et le paiement physique.

La deuxième table ronde était animée par Franck Porcher, directeur commercial et partenariat de Digitick, Arianne Gallice, directrice commerciale de l’Office du Tourisme et des Congrès de Paris, et Xavier Barichasse, chef au service de l’information et de la vente au Château de Versailles. Autour du sujet « Les ventes, les rushs, les événements exceptionnels… Une expérience de billetterie au quotidien », les intervenants sont revenus sur les contraintes, les désagréments et les solutions de la gestion d’une billetterie au jour le jour, en détaillant leur système de tarification et de catégorie, ainsi que leur canaux de ventes et leur publics. Une plongée intéressante au cœur de ces institutions qui traitent des volumes gigantesques de billets par année, pour un public international.

Enfin, la troisième table ronde « La gestion des données – Savoir cibler, viser et toucher les spectateurs/visiteurs » a permis d’aborder le sujet des datas et leur utilisation selon deux problématiques majeures : la communication (comment cette source de données permet de mieux communiquer avec ses clients) et la rentabilité (dans quelle mesure ces données permettent de créer de la valeur et d’être plus efficace en matière de billetterie). Eddie Aubin, président de MyOpenTickets, Thomas Isnard, président fondateur de Apollo Conseil et Nicolas Mattei, responsable de projets marketing chez Digitick sont rentrés dans le détail de l’utilisation de données, à la fois concernant les systèmes en place, la connaissance client, la personnalisation de la communication ou bien la vie privée. En définitive, les institutions qui souhaitent investir dans ces outils doivent jouer la carte de la prudence et de l’exigence afin d’adopter un système de captation et de traitement de données rentable, efficace et capable de répondre à leurs besoins.

En définitive, dans une ambiance chaleureuse et plutôt intimiste, cette journée organisée par Digitick a été l’occasion pour les gestionnaires de lieux, et organisateurs d’événements d’en apprendre plus sur les pratiques et les besoins de chacun, et de découvrir des outils ou des nouvelles façons de faire, dans le champ de la billetterie.

Crédit photo : MyOpenTickets