Depuis le lancement du paiement cashless dans les événements culturels et sportifs en 2011 en France, cette activité ne cesse de s’amplifier et de prendre de l’importance dans le secteur événementiel. De même, ces nouveaux usages se démocratisent dans la société en général et de nombreux acteurs investissent dans des solutions de paiement dématérialisé, aujourd’hui sous forme de paiement mobile. La question se pose alors : quel avenir pour les prestataires de cashless face à de nouvelles solutions, plus globales et soutenues par des acteurs majeurs de l’économie ?

La semaine dernière, Wa! et Fivory, deux portefeuilles électroniques, respectivement portés par BNP Paribas et quinze fédérations du Crédit Mutuel, ont fusionné pour devenir une application de paiement mobile unique.

Cette fusion prendra la forme d’une société commune dont BNP Paribas et le Crédit Mutuel CM11 seront actionnaires de référence avec 40% du capital, aux côtés d’Oney, Total et Mastercard (déjà présents au capital de Fivory). De nouveaux actionnaires pourraient également rejoindre ce groupement.

Dès le début de l’année 2017, la nouvelle application permettra aux utilisateurs de régler leurs achats grâce à leur smartphone, en magasin et sur Internet, tout en profitant de leurs avantages (fidélité, offres, etc.) et en bénéficiant de nouveaux services comme le transfert d’argent entre particuliers et le paiement de facture.

Ce rapprochement «  ambitionne de proposer à l’écosystème, une solution innovante et unique qui capitalisera sur les acquis et partenaires de chacun. » En effet, les deux solutions avaient préalablement étaient adoptées par plusieurs distributeurs, comme Carrefour, Auchan ou Total.

Le paiement dématérialisé ou cashless est en plein développement. En dehors de la sphère événementielle, des acteurs majeurs de plusieurs secteurs entendent bien profiter de ce développement et de l’usage généralisé dans nos sociétés.

D’un côté, les géants américains : Apple a rendu disponible son application, Apple Pay, dans le monde entier et cet été, Microsoft testait son portefeuille mobile aux Etats-Unis. Google est également de la partie avec Android Pay, ainsi que Samsung avec Samsung Pay. Seul Amazon n’a pas encore rejoint le ring en retirant en 2015 Amazon Wallet du marché.

De même, des distributeurs s’essayent au paiement mobile : Auchan en France (FlashN’Pay, solution aujourd’hui abandonnée), Wallmart aux Etats-Unis. En Chine, le service de paiement mobile AliPay de d‘Alibaba est un véritable carton et s’exporte même en France : la Banque Edel de E.Leclerc propose depuis peu la solution Alipay dans certaines boutiques de la galerie commerciale So Ouest à Levallois Perret.

Ensuite, les banques investissent ce secteur, comme cette fusion Fivory-Wa! le montre. Après des essais parfois infructueux (Visa et V.me, le Crédit Agricole et Kwixo), Mastercard et Visa s’associent avec PayPal, pour proposer du paiement mobile en magasin et la BNP Paribas et le Groupe des cartes bancaires (la Société Générale, la Banque Postale, le groupe Crédit Agricole et Arkéa) proposent une solution de paiement mobile, Paylib. D’ailleurs, Fivory-Wa! assure que la prochaine application sera compatible avec Paylib. On peut alors se demander quel est l’intérêt de proposer deux solutions doublons…

Enfin, en France, de nombreuses startups se sont lancées sur le créneau du paiement mobile : après feu Skimm et Kiips, la startup française Lydia annonce aujourd’hui plus de 200 000 utilisateurs.

Quel est l’avenir des solutions cashless existantes dans le secteur événementiel ? Depuis 2011, de nombreuses startups se sont insérées sur ce créneau, en proposant des services de paiement dématérialisé pour des événements culturels et sportifs (ou des espaces de tourisme comme PayinTech). La technologie utilisée est la même que celles des solutions de paiement mobile : la NFC (ou la RFID pour certains acteurs). Fivory propose ainsi une solution de cashless pour les événements. Avec cette fusion avec Wa!, on peut alors se poser la question de la pérennité de ces prestataires face à cette application Fivory-Wa! et à toutes les autres solutions déjà existantes sur le marché, portées par des acteurs incontournables de l’économie. Le marché du paiement dématérialisé sera-t-il raflé par un ou deux grands acteurs ? Ou bien les prestataires de cashless pour l’événementiel résisteront-ils en proposant une solution différenciante, adaptée à une utilisation sectorielle ? Affaire à suivre…

Illustration : MyOpenTickets