Le 06 octobre prochain, le troisième volume « D’ailleurs et d’ici », intitulé « (Ré)volution culturelle ! Arts et culture face à la France plurielle », sera disponible dans les librairies et les points presse. MyOpenTickets est fier de s’associer à cette initiative et d’être partenaire de cet ouvrage.

A l’occasion, la rédaction de MaGestionBilletterie.com a rencontré Marc Cheb Sun, auteur, éditorialiste, et directeur de la revue annuelle.

MaGestionBilletterie : Pouvez-vous nous présenter le concept « D’ailleurs et d’ici » ?

Marc Cheb Sun : La France, de part son histoire et sa réalité d’aujourd’hui, est un pays pluriel qui doit assumer sa diversité, pour pouvoir créer les conditions du vivre ensemble aujourd’hui, et pour demain. Face à ce postulat de départ, l’association MultiKulti Media  a lancé « D’ailleurs et d’ici », une édition annuelle entre livre et magazine, pour donner à voir et créer un vrai désir autour de cette France plurielle dans laquelle nous vivons.

Il y a deux ans, le premier volume « L’affirmation d’une France plurielle » est sorti, et posait les bases du projet. Chaque année, nous définissons un thème, directement lié ou non à l’actualité, et nous créons un bel objet livre, qui rassemble plusieurs types de contenus (fictions, témoignages, reportages). L’année dernière, le volume s’intitulait « L’énergie musulmane et autres richesses françaises », afin de poser un autre regard sur l’islam, à un moment où cette religion était regardée de manière problématique en France.  

Cette année, nous avons choisi d’aborder la culture : dans le climat de tension actuel, la culture interpelle la société, à travers des émotions, le rire, le regard ou l’intellectuel, et donne la possibilité de se rapprocher, ne serait-ce qu’un instant, pour partager des choses.

MGB : Ce volume de l’année 2016 est intitulé « (Ré)volution culturelle ! Arts et culture face à la France plurielle » : pourquoi ce choix de parler de s’intéresser à la culture ?

MCS : Aujourd’hui, nous vivons dans une société très fracturée et très cloisonnée, et la culture peut conforter ce cloisonnement : la culture, comme point de rassemblement et de rencontre n’est pas évidente. Cependant, elle a ce fort potentiel de pouvoir interpeller sur la pluralité de la société, et d’ouvrir les imaginaires : un premier pas pour envisager une société différente.

L’imaginaire doit être porteur d’une vraie pluralité. Et encore plus particulièrement dans des périodes de tensions que l’on peut vivre aujourd’hui, à un moment où des personnes tournent le dos à la société française, il est important que la culture puisse se tourner vers chacune et chacun pour que tout le monde puisse y participer activement.  

De plus, la culture ne doit pas devenir un mot ronronnant, et n’est pas un concept figé, impressionnant, qui n’appartient pas à la société. Au contraire, la culture peut potentiellement servir à l’expression de gens de milieux et de générations différentes, et créer de fortes passerelles au sein de la société.

MGB : Quels seront les sujets abordés dans ce troisième volume ?

MCS : Nous avons voulu créer un ouvrage très dynamique, qui dénonce d’ailleurs un certain nombre de choses. Il existe de vrais blocages entre la France métissée et le milieu culturel, qui ne profite pas des apports de cette France plurielle. Donc, aussi bien dans la forme et dans le fond, notre objectif était de mettre en avant la pluralité et la rencontre.

Nous avons rassemblé le travail et les compétences d’une quarantaine de collaborateurs (romanciers, journalistes, dessinateurs, plasticiens, etc.) qui ont plus qu’une envie, mais un besoin d’échanger et de raconter les histoires de la France d’aujourd’hui. Plusieurs types de contenus peuvent être retrouvés dans cet ouvrage :

  • Une grande enquête « Ouvrir nos imaginaires », sur les formes de résistance culturelle, comme le cinéma guerilla ;
  • Un reportage sur la danse et le théâtre : comment reconnaître l’apport de chacun à ces arts ? Quels sont les blocages que peuvent ressentir les auteurs et chorégraphes de la France plurielle ? ;
  • Un reportage sur l’afro-futurisme, un courant d’arts plastique qui relie une esthétique africaine à celle de la science-fiction ;
  • Une enquête sur les lobbys intégristes et la censure ;
  • Une visite du Louvre à la recherche des traces de l’esclavage, traité dans un format de bande dessiné. 

Nous proposons également plusieurs nouvelles d’auteurs aux styles très différents, qui racontent comment la rencontre avec un art peut bouleverser des vies, des reportages, des témoignages, des actualités sur des initiatives, etc.

« (Ré)volution culturelle ! Arts et culture face à la France plurielle », le troisième volume « D’ailleurs est d’ici » sera disponible à partir du 6 octobre dans tous les kiosques, relay, et librairies & Maison de Presse. Vous pouvez également le commander en ligne ici.

Crédit : MultiKulti Media