Les chiffres d’activité du théâtre privé parisien sur les huit premiers mois de 2016, « à défaut d’être totalement rassurants, sont encourageants », a annoncé Bernard Murat, le président du Syndicat National du Théâtre Privé (SNDTP).

La fréquentation des théâtres a baissé de 35% fin 2015, suite aux attentats du 13 novembre au Bataclan. Par contre, de janvier à août, la fréquentation est stable par rapport à la même période en 2015, « avec une diminution des recettes de 1%  et une augmentation du nombre de places vendues de 1%. » Le prix moyen d’un billet est de 28 euros. Les tournées progressent, avec 8% de fréquentation supplémentaire, et des billets à 23 euros, soit une hausse de 9%.

Le syndicat constate également l’augmentation du nombre de spectacles, mais une durée moyenne d’exploitation en baisse. En effet, il est compliqué pour les théâtres d’équilibrer les comptes d’une production, avec notamment les coûts supplémentaires de sécurité, qui ont considérablement augmenté depuis un an.

Malgré le fonds d’aide propre au SNDTP de 16 millions d’euros, le secteur reste fragile et le syndicat a du réduire ses taux de prise en charge. De plus, le Fonds d’urgence de 14,5 millions d’euros, crée en 2015 par l’Etat au lendemain des attentats, a peu servi aux théâtres privés, en ne couvrant que les dépenses de sécurité ou les baisses d’activité importantes. Le SNDTP attend des nouvelles concernant le Fonds pour l’emploi pérenne de 90 millions d’euros, présenté le 19 septembre par le Ministère de la Culture.

Crédit :  Julien Daniel / M.Y.O.P