Lorsque Twitter a dévoilé son intention de permettre la vente directe dans les tweets, les billets de sport apparaissaient comme un choix logique en raison de l’éventail de grandes équipes professionnelles présentes sur le réseau social.

L’équipe des Atlanta Hawks a décidé de répondre à sa demande potentielle en annonçant le 20 avril directement via un tweet, qu’elle vendait un nombre limité de billets pour le match éliminatoire trois jours plus tard contre les Brooklyn Nets. Les fans pouvaient choisir le nombre de billets souhaités et payer avec une carte de crédit sans quitter le réseau social.

Cette initiative révèle tout le potentiel d’un pan de l’e-commerce où Twitter pourrait percer car les fans de sport utilisent régulièrement Twitter pour obtenir des nouvelles de leurs équipes préférées et lire les commentaires en direct lors des grands matchs. Ces caractéristiques pourraient faire de Twitter un réseau incontournable pour obtenir un billet de dernière minute et donner, quel que soit leur domaine, une alternative aux acteurs qui travaillent habituellement avec des intermédiaires de billetterie.

Twitter avait déjà annoncé cette fonctionnalité tant attendue il y a sept mois. L’opération des Atlanta Hawks intervient quelques jours après une initiative similaire dans la musique avec Slayer, l’un des premiers groupes à vendre des billets de concerts directement dans un tweet.

Des tweets intégrant une option d’achat directe sont apparus ces derniers temps mais jamais de manière massive. L’accélération d’expérimentations à plus grande échelle sur Twitter n’est peut-être pas étrangère à l’arrivée chez Twitter, à la tête de la division commerce, de l’ancien PDG de Ticketmaster (US), Nathan Hubbard.

Twitter estime que les tweets « d’achat direct » pourraient stimuler ses revenus publicitaires, la fonctionnalité permettant à des marques ou équipes sportives de payer pour faire apparaître un bouton « Acheter » auprès d’utilisateurs non abonnés à leurs comptes. Reste à savoir si la majorité des utilisateurs du réseau social sautera le pas au-delà d’un usage essentiellement gratuit.

Crédit : Twitter